J’ai écrit cet article, il y a quelques années, mais va allez savoir comment j’ai fait, j’ai tout flingué. Alors j’en profite pour effectuer quelques mise à jour.


À l’origine il faisait parti d’un défi d’écriture du  café des blogueuses, défi qui n’a pas duré bien longtemps. Peu de blogueuses sortent de leur zone de confort. Ce qui est bien dommage, car il y a plusieurs façon d’aborder le même thème. Mais là n’est pas le sujet du jour.

J’ai choisit l’apparence, non pas pour parler de body positive ou autre, mais l’apparence en tant que tel. Le jugement et le regard des autres.


Ne pas se fier aux apparences

C’est un dicton que je peux quasiment utiliser tous les jours en étant commerciale. Les personnes les plus propres sur elles ne sont pas forcément celles que l’on croit. Et je peux en dire autant pour le contraire.

Je me rappelle je débutais , et des clients qui ressemblaient limite à des clochards me demande une chambre d’hôtel à Venise , je n’avais que le sofitel ce qui équivaut à un 4 étoiles. Il y avait deux pris différents pour le même type de chambres, une à 190 et l’autre 250, n’étant pas voyagiste, je ne pouvais pas réellement leur dire pourquoi, juste supposé, et bien dans le doute ils ont pris la plus cher. J’étais parti avec un a priori et ils m’ont remis les pieds sur terre. Comme disait un de mes formateurs tu ne connais pas le portefeuille du client ne suppose pas.

La beauté et l’ apparence ?


On est tous beau ou belle dans les yeux quelqu’un ?

Etre beau ou avoir du charme. Avec le temps on dit qu’on préfère quelqu’un avec du charme qu’un canon de beauté. Est-ce bien vrai ? Ou pour ce qu’on vieillit et que la fraîcheur n’est plus la même ? J’ai toujours été plus attiré par des hommes qui dégageaient quelque chose , si en plus il est beau je ne vais pas cracher dessus. Je prends pour exemple Daniel Craig qui pour moi, n’est pas la beauté incarné mais il a ce petit quelque chose qui fait qu’il ne dormira pas dans la baignoire.

via GIPHY


Bref revenons en à nous moutons, je m’égare. Quoi qu’on en dise, on vit dans un monde d’apparence, après ça nous touche de loin ou pas.



Mais l’apparence qui touche le plus émotionnellement est le jugement physique.



On connaît le diktat de la maigreur. Depuis longtemps les magazines en sont gorgés, des femmes sans aucun défaut (merci Photoshop).
Maigrir pour toutes les occasions : pour l’été, après l’été, avant et après les fêtes, et bientôt on aura comment maigrir après le confinement.

Quand je vois le nombre d’articles dessus, ça ne m’étonnerait même pas, j’ai bien vu des articles sur quoi porter. Et oui les girls, on oubli pas il faut être glamour et pretty constamment , on ne peux pas soufflé.

i'm pretty


Personnellement, je ne me laisse pas guider par tout ça, mais dire que mon poids n’est pas en quelque sorte une obsession serait mentir.

Il y a quelques années, je suis tombée malade le temps que l’on trouve le problème, j’ai perdu plusieurs kilos. J’ai tout fait pour ne pas les reprendre sans pour autant me priver.
Quelques excès et après, je faisais attention. Mais ça n’a duré qu’un temps, la gourmandise m’a vite rattrapé.

 On se laisse vite entraîner dans cette machine infernale qu’est la prise de poids, il suffit de regarder les émissions sur l’obésité et on a vite compris. 

Une rupture, un licenciement, la perte d’un être cher, la dépression, le refuge n’est pas le psy, mais la nourriture, d’autre au contraire vont s’arrêter de manger. 

On fini par être blasé et au lieu de se prendre en main, on change simplement de taille. Juste une taille au-dessus ce n’est pas bien grave et voilà comment certain(es) passe du 36 au 42, en se trouvant toutes les excuses possibles. La plupart de mes amis qui ont subit une opération de l’estomac m’ont confié qu’elles s’étaient senti grossir, mais pour un tas de raisons différentes elle ont préféré faire l’autruche.  Attention, je ne fais pas de campagne anti-gros, tant qu’on se sent et se porte bien, c’est le principal.   

 Et pourtant, le  » j’assume mes rondeurs » à l’air d’être plus la phrase à la mode pour cacher ses complexes ou des problèmes plus profonds.

 Rien que dans mon entourage et je pense dans le vôtre aussi, j’ai pas mal de personnes qui ont fait de gros régimes, opération, parce que là, je ne parle pas de plus de 5 kilos en trop.

L’apparence et le poids.

 Le poids, le physique peu importe le mot que l’on met dessus, on est tous obsédé par notre corps, simplement à des degrés différents. Qui n’a jamais éprouvé une grande satisfaction ? Quand il ou elle se rend compte qu’il a perdu une taille, que le même vêtement avec juste quelques kilos en moins nous donne une allure plus classe. 

Les gens aiment vous dire que vous êtes jolie avec vos formes, mais bizarrement quand vous maigrissez, c’est : oh tu as maigri ça te va bien ( vraiment, je croyais que j’étais une bombe avant?)avec ce flot d’hypocrisie comment ne pas s’y perdre, surtout pour les plus jeunes. 

Que ce soit un 34 ou un 44 à 20 ans, c’est qu’il y a un problème quelque part, il faut arrêter avec je suis bien comme ça, je m’accepte. Car dans la plupart des cas ce n’est pas vrai! Et je parle simplement par expérience. À la mort de ma mère, je n’étais déjà pas bien grosse, mais j’ai fini par faire un 34/36, j’en étais fière. J’avais l’impression d’être unique, une bombe comme dans les magazines, en réalité, c’était le deuil qui parlait.

 Des fois, il faut savoir écouter son corps ouvrir les yeux et affronter ses problèmes.  Si après ça, le 42 est toujours là, mais que tout est réglé et qu’on est épanouie, alors enjoy.

L’apparence reste ce qu’elle est , du moins la définition du dictionnaire. elle ne fait pas une personne, elle ne définie pas son caractère. A nous de nous battre contre ces stéréotypes.

Quelle est votre définition de l’apparence et son importance ?

qu'est ce que l'apparence ?
commentaires

Recevez les dernières news

Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de spam. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Partage