la culture de la fake news

Les réseaux sociaux, cela fait un petit moment que je n’avais pas abordé le sujet sur le blog. 

Je vais surtout vous parler de la culture de la fake news .Vous le savez, Facebook est loin d’être mon réseau favori, je ne serais pas blogueuse il y a longtemps que j’aurais fermé mon compte. 

Même si les groupes ne sont plus ce qu’ils étaient il y a toujours du bon à prendre. Des personnes pleines de bonnes volontés qui essayent malgré tout de faire quelque chose de ce réseau. 

Facebook et la fake news. 

Je ne vais pas vous parler de l’algorithme encore et encore, et de toute manière on s’en fou. Si vous n’avez pas encore compris que vous n’avez en réalité très peu la main sur votre fil d’actualité je ne peux rien pour vous, ce n’est pas faute d’avoir eu une quantité d’articles sur le sujet. 

En gros, je vous conseille, de filtrer les pages qui vous intéressent réellement. Aux amis qui sont vos amis et non pas de vagues connaissances, naturellement les blogueuses ne comptent pas. Mais encore une fois, ce n’est pas la question, car même comme ça, Facebook a perdu son essence. 

Marko voulait justement à travers les différents changements d’algorithme que ce réseau d’amitié redevienne ce qu’il était. 

Que la maman nous parle du premier pipi sur le pot de son bébé, alors qu’on s’en tamponne le coquillard d’une puissance extrême. 

Qu’on suive les aventures amoureuses de Brenda et Dylan, qu’elle l’a quitté, puis elle est revenue, mais elle ne veut pas en parler et là, on se demande, mais pourquoi tu le mets en statut en alors. 

Le règlement de compte, ça aussi ça continue, mais bon on fait avec, on essaye d’en rire. Un jour, il va falloir quand même que vous sachiez laisser ça aux enfants, nous sommes des adultes, nous n’avons aucun besoin de cracher notre venin en public. 

Qu’on est droit à l’anniversaire de mon petit chou trop fière, merde ça on l’a encore, je me suis oubliée c’est comme le pipi, on s’en fou royalement. Ceux qui souhaitent joyeux anniversaire à votre gosse, sont soit aussi des parents, soit des amis vraiment proches et encore, ou de sacrés hypocrites.

Tant que j’y suis un petit aparté, les mamans merci de ne pas oublier que vous êtes des femmes avant tout. Que tous vos contacts ne sont absolument pas intéressés par vos gosses. 

Passons, tout ça pour vous dire que ce genre de publication gnangnan me manque presque. 

Parce que Facebook maintenant, c’est devenu l’AFP. Et de plus en plus de personnes, mes contacts y compris, plongent à pieds joints dans cet engouement pour cette course à l’information. 

Ou plutôt à l’expédition punitive. Il est bon d’être anti. Peu importe la cause, si tu es anti tu es in, et surtout tu évites de contester. De dire et oui il y a des gens riches qui ont travaillé pour et alors, au lieu de râler contre tout et n’importe quoi, sort toi les doigts du cul. 

Les gens se complaignent dans leur mésirabilisme, mais ne font rien pour s’en sortir à part critiquer ceux qui ont de l’ambition

Bref sur Facebook, la fake news est à l’honneur. On poste encore et encore, parce que le titre est accrocheur, Paris match, gala, voici, passent presque aux oubliettes.  Et oui, la petite phrase drôle n’a presque plus sa place, l’humour ne vend pas. 

Et bien Marko si tu veux réellement que ton réseau redevienne ce pourquoi tu l’as créé, banni tout ce qui est politique, militantisme, ou tu en créés un autre juste pour ça, et tu nous laisses rejoindre le monde des bisounours. 

le monde des bisounours

Je ne suis pas contre les débats, l’expression et tout le tralala, je dis juste que j’en ai marre de voir les gens partager tout et n’importe quoi sans se soucier du contenu, juste parce que ça va dans leur sens. Je me rends bien compte que c’est trop tard pour changer tout ça. Mais c’est une des raisons pour lesquelles ce réseau me plaît de moins en moins. 

Instagram et le fake. 

instagram pour un blog

Je dois avouer que je vais très peu sur la page d’accueil d’Instagram hormis si je cherche quelque chose de particulier. Qui est en général de la papeterie, quoi vous ne savez pas que je suis une addicte ? 

Bref, j’ai fait un grand tri dans mes comptes, et je suis plus les hashtags maintenant ce qui me permet de découvrir de jolis comptes. Ce n’est pas parce que j’aime une photo ou deux que j’aime tout l’univers. Arrêtons de nous abonner à tous vents, ce qui finit par arriver est qu’on ne voit plus les comptes qu’on aime réellement. 

Je ne suis pas de grandes instagrameuses ou influenceuses , j’avoue ne pas être ultra à l’aise avec e terme influenceuse, mais bon. Ce n’est pas pour autant que je suis naïve sur le fonctionnement d’Insta même si c’est un réseau que j’apprécie. 

Soyons honnêtes, plus de la moitié des photos sont retouchés et quand je parle de retouche, je ne parle pas du filtre de l’application. C’est tout une mise en scène, la famille ultra heureuse, avec des enfants sages comme une image, maman qui est entrepreneuse, blogueuse fait toutes les activités, mais n’a pas une ride. Digne de Nicky des feux de l’amour fraîche et maquillée au réveil. 

Les filles avec des ventres plats et qui te disent qu’elles font juste attention à leur alimentation et sont adeptes du yoga et du miracle Morning. 

Un regard de braise, un bronzage parfait et naturel of course. 

En gros insta, c’est où est le naturel ? 

Même si plusieurs instagrameuses commencent à dénoncer ce genre de procédé, ce n’est pas demain que ça va s’arrêter. Disons que ce n’est pas forcément l’endroit qui lutte contre le dictat de la maigreur même si certains comptes sont dans l’acceptation de soi, sans aucun jugement. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le cul bordé de nouilles (@le_cul_borde_de_nouilles) le

Grosse, maigre, mince, en réalité je m’en fou complètement, c’est le fake et la sur compétition qu’il y a derrière qui m’agace. Ceux qui s’élève contre la grossophobie, ceux qui luttent pour le corps parfait. De toute façon, on est dans l’air où il fait bon de défendre une cause je vous l’ai déjà dit.

Selon un sondage que j’ai fait en story la majorité d’entre vous êtes plus intéressés par le contenu que par le feed. Il n’empêche toutefois que dans la plupart des cas, c’est la jolie photo qui vous aura taper dans l’œil, vous allez liker sans forcément prendre le temps de lire le contenu. Instagram se basant principalement sur des photos, tout est dans l’apparence ce qui est en quelques sortes logique. 

Hormis pour les créatrices de contenus, webdesigner, redacweb ou encore graphiste qui en général poste leur réalisation ou partage leurs vies d’entrepreneurs, on a plus tendance à regarder le contenu.  D’ailleurs je vous invite à rejoindre le challenge #monbusiness créé par les entrepreneuses créatives,

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Entrepreneuses_Créatives (@entrepreneuses_creatives) le

La culture du fake est partout .

Maintenant que ce soit dans les médias ou sur les réseaux. La course au buzz fait qu’on ne se soucie plus de savoir si l’info est bonne ou non, du moment qu’on en parle. Je ne pense pas qu’il y est un réseau qui ne soit pas épargné. C’est juste qu’il est différent de l’un à l’autre. C’est à nous d’être vigilant et de ne pas véhiculer ni de propager ce genre d’informations. 

Quel est le réseau le moins fake selon vous ? 

la culture de la fake news

4 Comments

  • Justine
    Posted janvier 14, 2020 10:17 0Likes

    Coucou 🙂 Ton article est très intéressant et pousse à se questionner tout ça. Il me fait me rendre compte également que, je pense, j’utilise plutôt bien internet et les réseaux. Pas tout le temps, ça m’arrive parfois de tomber sur des choses que je trouve ridicules ou honteuses, voire même violente. Mais j’ai réussi à bannir tout ce qui ne me convenait pas et je retrouve seulement ce avec quoi je suis en accord (surtout en accord avec mes valeurs). Donc oui, je sais que tout ça existe, mais j’arrive à ne pas m’en occuper et à me libérer de ce qui pourrait me causer une charge, un poids, ou un noeud à l’estomac. Pour moi, le pire, c’est Twitter, ou il y a beaucoup de haine, de règlements de compte, ça m’angoisse. Ceci étant, c’est peut-être assez représentatif des gens et de la société… Dans laquelle je ne me sens pas à ma place (je suis un peu bisounours oui ^^) et donc celui que je préfère reste Instagram, mais MON instagram, avec mes abonnements, parce qu’ils ne me gênent pas. Et je pense avoir trouvé l’équilibre nécessaire pour l’utiliser uniquement pour ce qui me fait du bien, c’est chouette.
    Merci encore pour cet article qui, je l’espère, pourra apporter d’intéressants témoignages que je reviendrai sûrement lire !
    A bientôt 🙂

    • Yasmine
      Posted janvier 14, 2020 10:20 0Likes

      pour Twitter je te rejoins c’est l’une des raisons pour laquelle je n’ai jamais essayé, je suis dans une démarche zen pas besoin de m’énerver. Insta et aussi celui qui me convient le mieux. J’ai commencé à me couper de tout en regardant peu la télé ça aide beaucoup 😊

  • Audrey
    Posted janvier 15, 2020 6:25 0Likes

    Je ne suis pas trop réseaux sociaux et d’ailleurs, je pense que cela se voit quand on lit certains de mes articles de blog sur la question (dans ma catégorie sur le blogging).
    Je n’aime pas non plus le fake et le “m’as-tu vu” qui traîne trop partout et je ne suis pas non plus de gros comptes (ou alors de très rares car ils ne sont pas surfaits justement).
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    • Yasmine
      Posted janvier 15, 2020 6:44 0Likes

      je suis comme toi hormis insta, ça me passe complètement au dessus. On ne sait jamais si le moindre mot est juste là pour se faire de la pub, ou un réel intérêt. Le seul hic avec insta c’est les robots et les commentaires, trop bien, génial, faut arrêter à un moment donné.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :