Ce que j’ai à dire à Mark Zuckerberg

Ce que j’ai à dire à Mark Zuckerberg

Mon Cher Mark Zuckerberg



Il y a longtemps, que je voulais t’écrire, longtemps que je voulais te dire que notre relation se dégrade.

Mark, que s’est-il passé ? À quel moment t’es tu perdus ?

Scandale sur scandale, la protection de données visiblement ce n’est pas ton truc.

Ne me dis pas qu’à partir du moment où j’ai créé mon compte Facebook, le contenu ne m’appartient plus, photos et j’en passe, ça, je le sais déjà. Mais les conversations privées, les jeux que tu proposes qui utilisent bien plus que notre adresse mail, là ce n’est pas pareil. Tu vas trop loin.

Même si je dois dire qu’on est quand même assez con à continuer à faire joujou avec namaste et j’en passe quand on sait ce qui risque d’arriver. Que veux-tu, Marko, tu as rendu la plupart d’entre nous accro à ces passe-temps ridicule. Bref si ce n’était que ça.

maviemeshumeurs facebook zuckenberg 1



Parlons réellement de Facebook, combien de fois, j’ai voulu lui dire au revoir.

Et puis j’ai eu la bonne idée de créer mon entreprise, je l’avoue, j’ai eu besoin de Facebook pour apprendre, découvrir le monde de l’entrepreneuriat, rencontrer des entrepreneuses, mais absolument pas pour me faire connaître. Je ne vais pas te ressortir l’histoire de l’algorithme, tu la connais par cœur et tu dois en avoir marre de l’entendre moi aussi d’ailleurs. C’est tellement plus facile de te blâmer que d’avouer qu’on ne travaille pas.


Mais revenons en a mon désamour pour toi. Facebook est devenu n’importe quoi. Tu as laissé la haine et l’amertume s’installer.

Ne me parle pas de liberté d’expression ou autre, c’est ton réseau il n’appartient qu’à toi, c’était à toi de bloquer les groupes fascistes, complotistes ou autres, ils étaient bien sur le dark web ou autre forum dédié à la connerie.

Pourquoi tu les as laissé entrer ? Pourquoi tu les as laissé envahir nos communautés et faire ressortir ce qu’il y a de pire chez les hommes y compris dans mes contacts. Je ne dis pas amis parce que justement Facebook ce n’est plus ce réseau social, amical, familial que tu as voulu créer et encore était-ce vraiment le but ? Je m’égare encore. Bref, je suis déçue, dégoûtée de ce que Facebook est devenu.

être populaire sur facebook, c'est comme être riche au monopoly



Instagram.

instagram pour un blog



Fort de ton succès avec Facebook en 2012, tu décides d’acheter Instagram, là, je me demande, j’en étais où dans ma vie à ce moment-là ? Loin, les réseaux, c’était encore FB, pas de business, polémique… J’étais dans ma bulle.

J’ai bien essayé de m’y mettre quelques années plus tard, mais ce n’était pas trop mon truc à l’époque. J’étais obnubilé par Pinterest, ma vraie passion de l’époque.


Et quand j’ai commencé à bloguer je ne me suis pas sentie perdue avec cette plateforme que tout le monde commençait à découvrir et recommandait. Donc Instagram, je l’ai réellement découvert des années après son apparition en 2010 n’oublions pas que tu n’en es pas le père. Et oui, le blog a commencé à avoir réellement de l’importance pour moi, pour vous mes lecteurs. Et puis l’entreprise est née.

Et c’est le réseau où je me sentais bien. Compte professionnel très peu de contact personnel. Instagram enfin un réseau que je ne subis pas.
Je suis abonnée à très peu de gros compte, ce qui évite en général les débats négatifs, insipides, déprimant.

Prenons juste la période covid, Facebook vs Instagram.

Le premier haine, complot, dégoût, plaintes…

Le deuxième bien sûr que le sujet a été abordé, mais de manière plus positive, entraide, remise en question de façon positive.

L’occasion de prendre un nouveau départ. Je me doute bien qu’il y a dû y avoir des débats animés et tout aussi négatif, mais comme dit plus haut, Instagram tu ne le subis pas. Tu le choisis. Tu n’es pas déçu, dépité par le comportement de tes amis.

Instagram que ce soit d’un côté personnel ou professionnel a été pour moi, une vraie découverte positive. Un média que j’ai appris à comprendre et qui me le rend bien.

Mais calme toi, je te vois venir, ne te reposes pas sur tes lauriers. Il y a du boulot à faire, parlons concrètement.


Les faux comptes, les achats de likes, le follow/unfollow, les robots.



Quand vas-tu, Mark réellement mettre le nez dedans et commencer à sévir ?

Alors tu as décidé d’enlever le nombre de likes pourquoi pas, mis à part notre ego ça ne peut pas faire de mal et commencer à éradiquer le phénomène, j’achète des amis.

Sérieusement les comptes à 2000 abonnés qui en ont 500 de vrais, s’il te plaîiiiiiiit supprime moi tout ça.

Tu sais faire, tu sais bloquer des comptes pour moins que ça. Soit juste, tu penses que ce n’est pas important parce que ce sont des petits chiffres ?

Non, non et non. Parce que pour nous qui arrivons sur le marché qui devons faire face à une concurrence féroce, tu imagines notre frustration face à ses tricheurs.

Et je ne parle pas de ranked, si finalement, j’en parle. Une application en vérité juste pour agrandir sa communauté et voir des commentaires ridicules et sans intérêt. Comme super, c’est top, vraiment trop bien, t’as raison, la liste est longue, de toute façon, tu les connais.

Vraiment, c’est surtout ce que je te reproche pour Instagram, personne n’est pas parfait. Pour finir les guides, je pense vraiment que c’était une bonne idée, mais noyée parmi tant d’autres annonces, la montée des reels. On ne peut pas être partout. Ça reprendra peut-être un jour qui sait.

WhatsApp

2 ans après t’être offert Instagram, tu décides d’acheter WhatsApp en 2014. Tu vois le potentiel, mais est-ce que tu te serais douté de l’ampleur. Tu es passé de 350 millions d’utilisateurs à son rachat à 2 milliards à l’heure d’aujourd’hui. Bravo, encore une fois, tu as vu juste.

À titre personnel, c’est devenu mon outil numéro 1 de communication. On est tous ravi, heureux, on l’aime. Mais là encore ton problème psychologique avec les données personnelles des utilisateurs, tu n’as pas pu t’en empêcher et hop tu recommences à vouloir tout collecter sauf que cette fois, tu le dis ouvertement. On sait que ça a déjà fait débat au sein de ton entreprise que c’est une des raisons qui font que le co-fondateur a quitté le conseil d’administration.


Pourquoi cette obsession ? Tu es dans les GAFA, tout le monde t’aime et te détestes en même temps. Tu resteras dans l’histoire quoi qu’ il arrive. Aujourd’hui tu recules face à la polémique mais pour combien de temps. Alors Mark, je te le demande, ne brisons pas notre relation, laisse notre vie privée telle qu’elle est. Tu en as déjà un bon bout, as-tu vraiment besoin d’en avoir plus ?

Voilà tout ce que j’avais à te dire, même si je pense qu’il y a bien d’autre chose à dire, mais je pense que c’est déjà pas mal non ?



Qu’avez-vous à dire mark Zuckerberg ?

ce que j'ai à dire à Mark Zuckerberg

One comment

  1. Pingback: Ce que j’ai à dire à Mark Zuckerberg - Les Blogueuses

Laisser un commentaire